S'autoportraiter au temps du confinement ou J'm'habille comment pour aller nulle part

Mis à jour : avr. 10

2 avril 2020

Jour de pluie et de confinement. Regarder tous les vêtements que ma voisine m'a offert et tous ceux que j'avais déjà. Me demander comment m'habiller pour ma sortie du jour : aller au Jean Coutu chercher des médicaments pour moi et pour ma voisine. Espérer y trouver un ami.

Me teindre ou ne plus me teindre les cheveux? Là est question.


Humeur de corneille. Graphite et tablette graphique


3 avril 2020

Faire un cours de yoga en ligne. Temps gris dehors. Tranquillité dedans. Écouter le murmure des lieux.


Humeur sereine sur tapis non -volant. Graphite et aquarelle

4 avril 2020 Me lever à l'aube. Enfourcher mon vélo. Direction Camillien-Houde. Besoin de sentir mon coeur battre. Dans cette ville si calme dépouillée des humains confinés, dans la montée sans bruit, je grimpe. Respirer. La neige qui fond forme des petites rivières sur les flancs du Mont-Royal. Les souvenirs d'enfance refont surface. J'espérais tant pouvoir aller à Petite-Rivière pour Pâques. Retrouver cousins cousines tantes et oncles et aller chercher de l'eau de Pâques dans la rivière qui s'éveille. Les déplacements entre les régions sont desormais interdits. Je me console ce matin. Pour la toute première fois ici, je peux entendre le printemps. À bille et en vélo Stylo encre

5 avril 2020

Jour de pluie. Combattre la morosité. Décider d'aller faire le tour du bloc pour pouvoir porter le nouveau manteau de printemps que m'a offert m'a voisine. Sortir. Ne rencontrer personne à part le petit chat gris dans la ruelle qui me jette un coup d'oeil suspicieux. Je me demande s'il aime le jaune.


On s'amuse comme on peut Stylo encre, tablette graphique et collage

6 avril 2020

Je retrouve mon refuge après une courte sortie en vélo, juste le temps de me faire crier après par un cycliste enragé. Je me demande qui de l'homme ou du virus est le plus agressif. Triste et fachée. Je boude. C'est décidé, je ne sors plus jamais de chez moi ! ( soupir) De grâce, faisons preuve de plus de douceur, de patience, de tolérance, de gentillesse.

C'est pas si difficile me semble. Le civisme des Japonais me manque. Tiens... Je vais essayer d'apprendre à faire un noeud de obi.

Manouche et mon kimono japonais

Stylo encre


Jouer à la petite Japonaise Graphite et aquarelle


7 avril 2020

Mettre ma robe rayée si jolie offerte par ma voisine et mon chapeau du Japon pour aller... au Jean Coutu. Espérer y trouver un ami. Me teindre ou ne pas me teindre les cheveux ? Là est toujours la question.

8 avril 2020

Hier soir, écouter la diffusion offerte par l'astrolab de Mont-Mégantique pour nous permettre d'observer la pleine lune spectaculaire. Sortir dehors et la regarder flotter au-dessus de la ville. Resplendissante. Ce matin, me lever à l'aube. Retrouver la lune du coté de la ruelle. La pleine lune d'avril que l'on surnomme la lune rose n'est pas rose, mais c'est parce le phlox rose commence sa floraison qu'on la baptise ainsi. Ce n'est donc pas sa robe, mais sa lumière qui nous laisse voir le sol rosé par les fleurs et qui lui vaut ce titre aussi poétique que peut l'être un astre dans la nuit.


Bon ben, c'est pas tout ça. J'm'habille comment pour aller nulle part ?




61 vues