Graver une mémoire : Identité et territoire


Résidence de création à l'école Lucien-Pagé .

En 2018, l’artiste était en résidence de création à la Maison Gabrielle Roy de Petite- Rivière-Saint-François. À cette occasion, fortement inspirée par ce retour aux sources et par les lieux de son enfance, elle a réalisé une série de linogravures qui retraçait un chemin, comme l’œuvre testament d'une époque qui s'efface doucement, mais inexorablement. Tel un chemin de foi mi-poétique-mi-philosophique, son travail, par la juxtaposition textes-images est avant tout un hommage au pays, au territoire, à la nature par le biais d’une quête d'identité et témoigne de son profond attachement à ce bout du monde.


C'est en 2016 que l’artiste s’initiait à la gravure sur bois à l'Ateliers Circulaire avec le maître japonais Motoharu Asaka. Cette technique demande de la lenteur et une certaine retenue pour aller à l'essentiel. C’est ainsi que pour cette résidence, comme pour celle de Charlevoix, le choix de la gravure s'est imposé. Le rapport entre le médium et le propos sont ici intimement liés. Le rythme et le geste invitent à l’introspection. Le parcours se grave. La mémoire prend racine. Le passage s’inscrit.


En résidence de création à l'école Lucien-Pagé, Avec le projet de résidence à Lucien-Pagé, je souhaite poursuivre mon travail de gravure tout en basculant dans une approche plus contemporaine, plus urbaine en lien avec cet autre territoire qui a forgé mon identité. Lors de la résidence, je souhaite réaliser six gravures qui évoqueront six lieux significatifs dans mon parcours de Montréalaise. Je pense au carré Saint-Louis où j’ai grandi, à la rue Saint-Laurent,, au quartier Rosemont Petite-Patrie au Mont-Royal ou encore au parc Jarry dans lesquels de nombreux personnages peuplent ma mémoire. Il ne s’agira pas d’illustrer ses espaces comme de simples représentations des lieux, mais d’en extraire l’essence d’un parcours tantôt heureux tantôt chaotique qui a fait de moi celle que je suis aujourd’hui. Différentes étapes sont prévues pour plonger dans ces espaces géographiques, historiques, réels ou imaginaires et intimes.

Transmission

Mon rôle auprès des élèves , en collaboration avec les enseignants, consistera à les guider dans l’apprentissage des techniques et à les initier à l’histoire de la gravure, mais aussi, et surtout, à les amener à exprimer un univers qui leur est propre Je compte également rencontrer individuellement le plus souvent possible ceux et celles qui le souhaitent afin de les aider à faire des choix ou à trouver des solutions selon ce qu’ils veulent exprimer.


Nous parlerons donc des origines au sens large ; famille, ancêtres, pays, culture, nature, mais aussi d'un monde plus intime et si précieux à cet âge.


Il était une fois un livre d'art dans une école secondaire... À suivre !

Début de l'aventure le 15 février 2021





Semaine du 15 février 2021 : L'arrivée

Jour 1 Présentation du projet

Photo : Avec Manon Galibois , précieuse complice dans la réalisation de ce projet.


Je me retrouve dans le jaune, secteur des Arts Plastiques trente huit ans plus tard !

Abeille ou Dalton?

Ce n'est pas encore clair, mais chose certaine avec des profs vraiment très cool.


Jour 2 Écoles fermées ? Ah bon ! Il me semble qu'il neige à peine.... Ben coudonc

Je vais donc travailler depuis mon atelier.




Posts à l'affiche
Billets Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square