Nakurmik Puvirnitummiut

Toundra. Jamais sans mon ombre. Quel bonheur de revoir l'ami Jean-Marie Beaulne ​la veille de mon départ par un heureux hasard. Mon étoile polaire aurait-elle entendu? Échanges chaleureux et discussion inspirante. Je suis comblée. C'est une fin et c'est un début. Pêche à l'omble de l'Artique avec Jean-Marie Beaulne, 2007 ​Le terme « inuit » signifie « gens, » « humain, » ou « personne » en inuktitut et en groenlandais. Merci Jean-Marie. Nous sommes tous des inuits. #Nunavik #Puvirnituq #Rencontre #Nordicité

Les derniers jours

Après deux jours de pluie aux allures de mois de novembre, voilà que le soleil est de retour. J'en profite pour aller saluer la majestueuse rivière Puvirnituq. Sur la table de travail et dans l'ordinateur, les idées s'entremêlent. Dans la tête les choses se précisent. Et sur la toundra, toujours aussi généreuse, entre baies rouges et baies noires, mon coeur balance. #Nunavik #Puvirnituq #Nordicité #Végétaux #Atelier

Le temps de la chicouté, La pierre à savon et Le dernier repos

Chicouté - Cloudberry ᐊᕐᐱᖁᑎᒃ (ᑲᖏᕐᓱᔪᐊᖅ/ᑲᖏᕐᓱᐊᓗᑦᔪᐊᖅ) ᐊᕐᐱᖃᐅᑎᒃ, ᐊᕐᐱᕈᒃ (ᐅᒥᐅᔭᖅ/ᑰᑦᔪᐊᕌᐱᒃ) La toundra se couvre d'une belle teinte rosée et l'herbier boréal se poursuit. PIERRE À SAVON La sculpture avance lentement mais surement. Dans cet espace, en totale tranquillité, je ne vois pas le temps passer... LE DERNIER REPOS Promenade en soirée avec Mario pour aller saluer Tamusi et petit tour du côté du nouveau cimetière. Les inuits peuvent aussi se faire enterrer où ils le souhaitent. Il arrive que quelqu'un qui se sait mourant ira creuser lui même l'endroit où il veut terminer son parcours. #Atelier #Végétaux #Nunavik #Puvirnituq #Nordicité

Hommage à Tamusi Sivuaraapik

LA RENCONTRE J'ai rencontré Tamusi Sivuaraapik lors de mon tout premier voyage à Puvirnituq. C'est lui qui était venu me chercher au village pour m'amener au campement où toute l'équipe se trouvait pour le début du tournage. Je suis montée dans son canot. Il naviguait en vrai vrai cowboy. Il faisait des virages à 90, visiblement impatient, avançait et reculait en deux temps trois mouvements... Pas l'temps d'niaiser. Je ne savais pas encore à qui j'avais affaire. Le village s'est estompé petit à petit puis a disparu et nous nous sommes retrouvés sur la baie d'Hudson. Bienvenue au nord du 60e parallèle. Le canot filait à vive allure et sa coque frappait fort sur l’eau. Paf! Paf! Paf! À chaque

Emmanuelle, Akinisie et le qilaut (ᕿᓚᐅᑦ) et L'herbier boréal

Dernier atelier au camp d'été avec Emmanuelle, la travailleuse sociale qui coordonne ce projet pour adolescentes à La maison de la famille. Emmanuelle travaille avec force et conviction pour monter des projets dans un contexte pas toujours facile. Elle a été un véritable ange gardien à mon arrivée. Comme elle travaille sur le terrain en proximité avec la communauté et, il faut le dire avec le coeur à la bonne place, par sa présence et sa générosité, elle aura beaucoup contribué à m'aider à comprendre le fonctionnement des choses. Avec les filles nous avons testé la création de personnages, le dessin botanique et la carte à gratter. Cette dernière activité sort grande gagnante. Le dessin grav

L’inuktitut et La pêche au Thé du Labrador

L’inuktitut (syllabaire inuktitut : ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ) est l’un des quatre grands ensembles dialectaux de la langue inuit. Pour en savoir plus Inuktitut LA PÊCHE AU THÉ DU LABRADOR Avec Maryline, une infirmière qui travaille ici, nous marchons jusqu'à la rivière pour aller taquiner le poisson. Nous avons attrapé beaucoup de jasette, un moulinet qui démouline tout seul, plein de grand air et du Thé du Labrador. Ce soir au menu, tofu et riz blanc.. Ouain. Poissons du Nord 1 Pécheresses du Sud 0 THÉ DU LABRADOR Un brin mentholé. Un peu d'amertume. Une touche de boisé. Un accent floral. Ce Thé du Labrador parfumera très bien un gigot d'agneau ou une marinade pour la bavette, le chevreuil ou le caribou.

Dans l'atelier Kanayuk et Le cargo dans la baie

LE CARGO DANS LA BAIE Pendant une promenade, je vois des hommes inuits regarder vers le ciel. Je regarde à mon tour. Pas d’avion qui arrive. Le ciel est complètement bleu. Je ne vois rien. Un peu plus loin, je croise des enfants. Je regarde alors vers le ciel et eux de comprendre que je cherche. Ils me pointent le cargo. Je fais alors le lien. Un peu plus tôt, le cargo avait relâché son épaisse fumée noire par sa cheminée et les hommes suivaient du regard les particules de fumée qui s’éloignaient en direction de la toundra. On dit que les Inuits voient des choses que nous sommes incapables de voir. Un ours polaire dans la tempête, du mouvement dans le village, le comportement de la glace et